Bitcoin et cryptomonnaies

il y a dejs des gens qui ont fait fortune ou qui gagnent leur vie uniquement avec les cryptos
c’est pas de la Science fiction ces gens la existent ^^

par contre comme tout : rien ne garantie que ces gens la continueront encore des années a profiter.

En analogie avec le marché boursier, tu peux tres bien vivre des dividendes reversé par des entreprises dans lequelles tu possede des action.
Mais si un jour ca crash, alors ce sera aussi une année noir pour toi ^^

Pour en revenir au sujet, si t’as fait fortune et que ta fortune n’est pas 100% en crypto alors tu ne devrait pas avoir de problùme

Si par contre ca permet de pas travailler de te payer un salaire mensuel (et qu’en contrepartie tu ne travaille plus ou moins)
 la c’est diffĂ©rent (surtout si t’as pas d’economies)

Alors Mme Irma, on va tomber Ă  combien de global market cap ?
On continue la chute libre ou le rebond est proche ? :rofl:
J’en ai marre du roller coaster :dizzy_face:

la je ne peux que tu rejoindre ^^
mais d’un autre cotĂ© si ca faisait que de montĂ© ce serai trop facile ^^
(puis tout le monde s’y mettrais et nous serions tous milliardaires :smile:

sinon on est deja passé de 6600 a presque 12 000
bon la ca repars en baisse
 mais va savoir ^^

une chose est sur pour gagner faut miser sur le long terme.

Salut Alain,

c 'est bien de l’argent gagnĂ© dans un suspense et avec des frissons permanents
:smile:

Il y a des gens qui aiment cela, les remontées d 'adrénaline


Ils deviennent trùs combatifs
 pour faire effIcament fructifier leurs avoirs.

Darnoj, lui , il est prùs à renoncer et tout à jeter aux chiens 
:smile:

Je fais remarquer au passage qu’aprĂšs avoir frolĂ© 11000 dollars sur le rebond, le bitcoin est Ă  l’heure ou j’écris en dessous de 10000 dollars
L’ethereum est Ă  moins de 800 dollars. Une chute ne se fait pas en une seule fois sur les marchĂ©s
mais par vagues successives entrecoupĂ©es de rebonds

Quant à ceux qui ont beaucoup gagné et bien mon conseil: vendez sur les rebonds car la bulle explosera tÎt ou tard


La technologie Blockchain est trĂšs bien et trĂšs utile mais en aucun cas il n’est nĂ©cessaire d’avoir ou de crĂ©er des cryptoassets virtuels pour en justifier l’usage


Renoncer ? Au contraire j’ai rĂ©investi dans le creux rĂ©cent de la vague.
Clairement je ne fais pas de day trading et je mise sur le long terme (environ 2 ans ce qui est trĂšs long pour les crypto :wink:) sur des projets qui me semblent prometteurs.
Et comme toujours je ne mise que de l’argent que je suis prĂȘt Ă  perdre dans le pire des cas.
Pour l’instant sur l’ensemble de mon investissement je suis un peu dans le nĂ©gatif (car mon premier investissement Ă©tait sur la pente ascendante) mais rien de trop mĂ©chant.

Quoiqu’il en soit, les crypto sont l’avenir, leurs performances augmentent, les coĂ»ts diminuent, l’interopĂ©rabilitĂ© des blockchains se dĂ©veloppe, les banques et les Ă©tats s’y intĂ©ressent.
Oui il y aura des hauts et des bas, mais cette avancée est à mon avis inéluctable.

1 J'aime

Salut Darnoj,

tant mieux
 Je te connais assez mal et ton approche est prudente et trÚs réaliste


Je revise donc mon jugement, car seuls les idiots ne changent pas d ’ avis
 :smile:

1 J'aime

De retour. Ce qui a plombĂ© les cryptoassets virtuels (la banque de France est comme moi ulcĂ©rĂ©e que l’on parle de monnaies) c’est entre autre: le dĂ©sintĂ©rĂȘt progressif car comme elles ne montent pas autant qu’avant et que la tendance est plate (cela est corrĂ©lĂ© au recherche de mots clĂ©s sur google en chute et Ă  la baisse des volumes Ă©changĂ©s); la prĂ©paration du prochain sommet des G8 qui va aborder le sujet et essayer d’harmoniser les rĂšgles au niveau des Ă©tats Ă  la demande de la France, des restrictions aux US car la SEC a issu une douzaine de « subpoenas » et autre requĂȘtes pour information complĂ©mentaires pour des sociĂ©tĂ©s qui ont lancĂ© des ICO (souvent c’est juste de l’escroquerie) et surtout tout recemment la SEC demande Ă  ce que les plateformes de ventes soient enregistrĂ©es auprĂšs de ses services source WSJ.
RĂ©sultat le plus connu de ces cryptoassets virtuels a fini la semaine Ă  9000 dollars tandis que l’ethereum est Ă  735. Les difficultĂ©s vont aller en s’amplifiant


En dessous de 8000 pour la principale « cryptoasset virtuelle » Ă  7850 tandis que l’Ethereum est en dessous de 600 Ă  584 Ă  l’heure ou j’écris. MĂ©taux prĂ©cieux: or, platine, argent et palladium se maitiennent Ă  1320, 16.57, 965 et 989 respectivement

Repasse en dessous de 8000 dollars Ă  l’heure oĂč
Twitter bannit toute publicitĂ©s avec quelques accomodations. A fait un double top et pas trĂšs bon au niveau du croisement moyenne mobile 50 et 200


A l’annonce de la rĂ©forme de la SNCF, j’ai spĂ©culĂ© sur la merguez et la maĂźtre Kanter.
ça va ĂȘtre le jackpot, merci la grĂšve perlĂ©e :grin:

3 J'aimes

quelques news 


AFP, publié le jeudi 29 mars 2018 à 09h22

La Suisse fait partie des pays les plus actifs dans le domaine des cryptomonnaies, des levées de fonds pour les monnaies virtuelles et de la technologie dite du blockchain, à la base de ces nouvelles devises.

Les habitants de Zurich peuvent venir crĂ©diter leur compte en bitcoin dans quelques distributeurs automatiques installĂ©s Ă  travers la ville, le premier projet pilote datant de quatre ans dĂ©jĂ . Et les chemins de fer fĂ©dĂ©raux proposent depuis fin 2016 d’acheter des bitcoins dans pas moins de 1.000 bornes Ă  billets.

Zoug, un canton du centre de la Suisse connu pour sa fiscalitĂ© favorable aux entreprises, est pour sa part le lieu de naissance de l’ether, une unitĂ© de compte virtuelle considĂ©rĂ©e comme l’une des principales concurrentes du bitcoin. Le canton s’est d’ailleurs vu attribuer le surnom de « Crypto-Valley », en raison de l’implantation de nombreuses start-up et sociĂ©tĂ©s actives dans ce secteur.

Un peu partout, les initiatives se multiplient.

En 2016, la ville de Zoug a proposĂ© de payer certains services et frais administratifs en bitcoin. A terme, l’idĂ©e serait de pouvoir Ă©galement payer ses impĂŽts en bitcoin, comme cela se fait dĂ©jĂ  pour certains d’entre eux Ă  Chiasso, prĂšs de l’Italie.

Sur les six plus grandes levĂ©es de fonds en cryptomonnaies (ICO) rĂ©alisĂ©es en 2017, quatre ont eu lieu en Suisse, a chiffrĂ© mardi la Finma, l’autoritĂ© de surveillance des marchĂ©s.

Cet organisme a publiĂ© en fĂ©vrier un guide pratique visant Ă  dĂ©terminer comment le droit rĂ©gissant les marchĂ©s financiers, notamment concernant le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, doit s’appliquer Ă  ce secteur encore difficile Ă  apprĂ©hender en raison de l’extrĂȘme diversitĂ© des levĂ©es de fonds et de l’absence de jurisprudence.

Les banques suisses ont Ă©tĂ© parmi les premiĂšres Ă  se lancer dans les cryptomonnaies, Ă  l’image de Vontobel qui a Ă©mis le premier produit structurĂ© sur le bitcoin, un certificat de participation cotĂ© en Bourse (tracker), qui permet de participer aux mouvements sur la monnaie virtuelle sans avoir Ă  l’acheter directement.

Falcon Private Bank a elle proposĂ© des services de gestion d’actifs en bitcoin, ether et litecoin tandis que Swissquote, le prestataire de services financiers en ligne, a lancĂ© une offre de nĂ©goce dans cinq monnaies virtuelles.

Des initiatives, qui si elles ont fait couler beaucoup d’encre, restent encore plutĂŽt isolĂ©es.

Si elles gardent un oeil attentif sur la technologie du blockchain, UBS et Credit Suisse, les deux plus grandes banques du pays, se sont elles tenues Ă  distance des monnaies virtuelles.

« En tant que banque, nous avons dĂ©libĂ©rĂ©ment mis en garde contre ce produit », a dĂ©clarĂ© rĂ©cemment Axel Weber, prĂ©sident d’UBS et ancien prĂ©sident de la Banque centrale allemande, dans les colonnes du quotidien zurichois NZZ, estimant que la valeur du bitcoin n’était pas durable

Je n’avais rien d’intĂ©ressant Ă  signaler, mais lĂ  il y a du nouveau
Au moins 2 chefs de plateforme d’échange de « cryptoasset virtuel » dont la 6Ăšme par ordre d’importance (Coinnest: 500 000 usages, l’autre n’est pas identifiĂ©e publiquement) sont sous les verrous en CorĂ©e du Sud et l’enquĂȘte continue. Motifs: ils ont transfĂ©rĂ© des avoirs de leurs clients vers des comptes personnels au nom de plusieurs dirigeants de ces plateformes. Bien entendu ils promettent d’agir dorĂ©navant de maniĂšre plus professionnelle
Source WSJ
Au passage 2Ăšme passage sous les 7000 dollars pour le bitcoin Ă  l’heure ou les marchĂ©s financiers se reprennent
Et les autres cryptoassets virtuels ne font pas mieux


1 J'aime

RĂ©ponse du CDI : toutes les crypto sont imposables.

VoilĂ  moi j’ai fait l"effort mĂȘme si cela ne me concerne plus.

Le seul point en discution c’est pour l’ISF. Il y a un lĂ©ger flou mais on aura des textes rapidement avant la dĂ©claration 2018 sur les revenus 2017 Ă  mon humble avis. Et si vous ĂȘtes intĂ©ressĂ© par ce sujet -
aller Ă  bitcoin anonyme.

De retour sur le sujet. Retour sous 7000 dollars le bitcoin (et la ligne de support est rompue). Une sociĂ©tĂ© d’échange de cryptoassets en CorĂ©e du Sud s’est fait "hacké’ et environ 10% des fonds en cryptoassets a disparu. Aux US la SEC demande des donnĂ©es dĂ©taillĂ©es aux 4 compagnies Ă  partir desquelles le cours du bitcoin est dĂ©terminĂ© sur les futures du CME
car l’autoritĂ© amĂ©ricaine soupçconne des manipulations de cours
 Pour le reste les besoins en Ă©nergie et electricitĂ© que le minage demande va croissant et d’ores et dĂ©jĂ  dĂ©passe la consommation de certains pays
Quand on pense que des hommes dĂ©pensent de l’electricitĂ©/Ă©nergie pour crĂ©er du vent ou plutĂŽt du vent virtuel


1 J'aime

c’est effectivement peu glorieux :confused:

l’informatique (pas juste la crypto) est en train de devenir la raison numero 1 de depense d’energie dans le monde 

Il serai tant qu’elle soit couvert a 100% par de l’energie verte. Certaines grosses boite s’y mettent doucement, mais le chemin est encore long.

Ce n’est pas seulement une question d’utiliser de l’énergie verte car de toute façon elle aurait pu ĂȘtre utiliser Ă  autre chose. Nouvel exemple de la gravitĂ© de la situation:

Et Ă  propos pour ceux qui se bercent encore d’illusions sur du moyen terme: vous savez surement que des banques centrales ont des projets d’en crĂ©er (des cryptoassets). MĂȘme la banque de France (j’ai lu cela quelque part) a un projet avec 4 options. Enfin n’oublions pas que n’importe quelle grande compagnie en particulier les google, facebook, amazon ou autres, le jour ou elle vont crĂ©er quelque chose de garanti au niveau des cryptoassets (ou simplement parce que ce sont ces entitĂ©s lĂ  qui les crĂ©ent), ce jour lĂ  croyez vous vraiment que le bitcoin et autres cryptoasset virtuel vaudra toujours quelque chose?

C’est une Ă©ventualitĂ©, mais
google, microsfot, amazon sont deja coté en bourse, les crypto ne leur changerai pas la vie.

Ces boites sont tres centralisĂ© voudrait t’elle se lancĂ© dans une crypto qui est (par nature) dĂ©centralisĂ© ?

Amazon a dĂ©jĂ  crĂ©Ă© les Amazon Coins, certes ce n’est pas basĂ© sur la blockchain mais bon le principe reste le mĂȘme sauf que c’est centralisé