Article intéressant sur Linkedin sur le recrutement en Suisse

Je cherchais les mots. Merci.

En Suisse un boite peut vous licencier du jour au lendemain en disant qu’elle n’a pas de boulot pour vous. Le lendemain elle peut embaucher quelqu’un d’autre pour faire exactement le mĂȘme boulot.

Dans la raison invoquĂ©e il faut bien comprendre un seul mot : elle n’a pas de boulot pour VOUS.
Les diplomes et autres qualifications ne suffisent pas, la personnalité a toute son importance.

Oui, c’est bien ça.

Ou vous remplacer par un temporaire ou un contracteur résiable à volonté ( entre 1 et 10 jours
)
.
C 'est devenu de plus en plus fréquent chez nous, dans l 'industrie.
.
Je ne serai plus remplacé lors de mon départ en retraite. Le contracteur est déjà là, il est géré et payé par une firme de l 'extérieur.
.
Un cadre supérieur m 'avait dit qu 'on avait l 'intention d 'augmenter le nombre de ces contracteurs à 20% 
du personnel existant.
.
Ils n 'ont strictement aucun avantage, mĂȘme la bouffe sur place au restaurant d 'entreprise, ils la paient beaucoup plus cher que nous
 Pas de primes non plus. Ils seraient payĂ©s d 'aprĂšs un tarif horaire

.
En un mot, corvĂ©ables Ă  volonté 
.
C ’ Ă©tait Bertrand chez les HelvĂštes, c 'est fini tout ça, maintenant je me tire
pour de bon
!!! :smile: :laughing:
.

C’est con, car c’est peut-ĂȘtre ça la rĂ©ponse Ă  vos non-rĂ©ussites en Suisse.

Autrefois il fallait habiter Ă  moins de 30 kms de la frontiĂšre pour pouvoir travailler en Suisse, et il fallait le prouver. Nos voisins prĂ©fĂ©raient donc les culs-terreux de l’Est (franchouillards comme vous dites) que les opportunistes venus de n’importe oĂč.

1 J'aime

c’est peut etre un des rares gros points noirs de la Suisse, mais ça va changer.

Que voulez-vous dire ?

qu’ils sont discriminatoires sur certains aspects (Ă©trangers, femmes). pas partout mais plus qu’en France je trouve.

Bonjour JPM

Lorsque vous dites « plus qu’en France », vous prenez Paris en rĂ©fĂ©rence ? Ou une autre ville ?

Merci :slight_smile:

rien de spĂ©cifique, je l’ai vu a Aix, Ă  Paris, Ă  Toulouse, Ă  Marignane


Ce qui passe pour un crime en France peut ĂȘtre compris par d’autres populations.