Article intéressant sur Linkedin sur le recrutement en Suisse

On ne soulignera jamais l’importance du réseau en Suisse

C’est une réalité que j’ai vécu c’est grâce à mon réseau que j’ai été embauché et trouver le premier poste en Suisse est très difficile car on a pas forcément ce réseau. Je me suis constituté en quatre ans un réseau de recruteur et surtout j’ai fait plusieurs entretiens réussis avec une entreprise en particulier mais il y avait des candidats avec plus d’expérience que moi ou meilleur qui me sont passés devant. J’ai persévérer et 4 ans et demi après ma reconversion vers le développement informatique j’ai fini par être embauché par cette entreprise. En développement informatique ce sont plutôt les profils expérimentés (3 ans et plus) qui sont recherché, à moins de travailler sur un domaine particulier avec peu de compétences disponibles…

Ce conseil n’est pas à prendre à la légère.

EDIT: Sur le salaire

quel tissu d’anérie…

je cite « pour estimer le salaire net a partir du brut, déduire 25% ». non surement pas, en France oui en Suisse c’est plutot 8.5%. on va dire qu’il ont confondu avec le super brut qui est 25% de plus que le net (du moins a Bale Ville.

Deuxième ânerie : les conventions collectives. pour les jobs qualifiés, ils ne constituent que de lointains planchers qui ne servent a rien. Comme en France.

Bonjour JPM,

Lorsque vous dites « super brut », à quoi cela correspond-il ?
Les 8,5 % que vous indiquez ne comprennent que les charges salariales je suppose, à combien s’élève grosso modo le % d’impôt sur le revenu pour un salaire Genevois « moyen » (5 000 CHF mensuels) ?

Merci !! :slight_smile:

Personnellement j’utilise les outils de calcul des cantons pour calculer le salaire net avant impôt à la source et bien sûr le plus important après impôt à la source. De toute façon compliqué de calculer vu que cela dépend du canton, on est aussi parfois obligé d’utiliser un calculateur d’impôt sur le revenu français sur des cantons ou l’imposition se fait côté français à la place du calculateur d’imposition Suisse.

Puis j’ajouterais ne pas négliger le coût de la santé dans les calculs, 900 CHF à peu près pour un couple plus un enfant de moins d’un an et ce n’est que pour l’assurance de base en partant sur 0 CHF de franchise pour le bébé et 1000 CHF pour les deux adultes… Ce n’est pas donné.

Plus intéressant les exemples de salaires car être sous payer peut tourner au cauchemar que l’on soit résident ou frontalier…

le brut (= net + charges salariales) est un montant fictif qui ne sert a rien.
le net intéresse le salarié, c’est ce qu’il reçoit sur son compte en banque.
le super brut (= net + charges salariales + charges patronales) intéresse l’employeur, c’est ce que coute l’employé.

plein de gens ont démontré que seuls ces deux montants (net et superbrut) comptent, le brut pourrait tres abaissé ou remonté (avec net et superbrut inchangés) cela ne changerait rien a personne.

donc en suisse (enfin a basel stadt), payer un salaire net de 100 CHF coute 125 CHF
et un salarié qui est payé 100 CHF reçoit 92 CHF environ.

pour Geneve j’en ai aucune idée.

le mieux est effectivement de prendre les simulateurs cantonaux, mais je donne juste une methode grosso modo, en tant qu’ex employeur suisse.

3 J'aime

Merci JPM. Le « super brut » est donc le salaire + charges salariales + charges patronales.
Je suis expert-comptable mais en France. L’heure est venue pour moi de me mettre à l’heure la fiscalité suisse, une formation s’impose :wink:

j’ai lu nombre d’articles parlant de superbrut en France.

qu’utilisez-vous comme terminologie ?

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/07/29/29006-20150729ARTFIG00006-en-france-pour-100-euros-nets-il-faut-235-euros-de-salaire-super-brut.php

Avec nos clients (et maintenant avec ma direction puisque je ne travaille plus en cabinet) on utilise simplement le terme de « salaire chargé », dans la mesure où, au niveau du compte de résultat, les charges salariales sont directement intégrées au compte « salaires bruts » tandis que les charges patronales ont leurs comptes de charges dédiés. Le terme « salaire chargé » ou « masse salariale chargée » comprend donc l’intégralité des charges, donc le « super brut ».

On est d’accord que seuls le net et le super brut (brut patronal) ont une réalité économique pour l’entreprise et le salarié.
Tout montant intermédiaire (le « salaire brut ») n’a qu’une réalité fiscale / sociale et dépend de la répartition qui est faite entre les charges patronales et salariales (ce que je ne prends pas d’un coté …).

Toutefois pour un frontalier en recherche d’emploi connaître le rapport net/brut a son importance puisque c’est bien sur la base du montant brut annuel que les discussions autour de la rémunération vont se jouer.

D’une situation à l’autre, d’un âge à l’autre les cotisations vont évoluer, ex. la seule partie « vieillesse » de la LPP (le deuxième pilier), dont les cotisations varient entre 0 et 18% réparti entre le salarié et l’employeur, le salarié payant au maximum la moitié de cette cotisation.

Concernant le taux des cotisations en Suisse, il est très difficile de faire une estimation, car comme je viens de le dire cela dépend de l’âge, mais aussi du salaire car les cotisations ne portent pas sur la totalité du salaire si celui-ci dépasse certains plafonds (ex. 84’600 CHF pour la LPP), du canton… et cela dépend aussi totalement du « plan de prévoyance » de l’entreprise, bref chaque cas est spécifique.

Mais dans l’ensemble, pour un salaire soumis à cotisations, sans régime ou plan de prévoyance particulier (sur-obligatoire), on va dire que pour le canton de Genève, les cotisations du salarié vont varier entre 7 et 16% (hors imposition) selon l’âge du salarié (tranche 25 à 65 ans).

Donc pour 100’000 CHF bruts (contrat de travail) :

  • le salariĂ© va percevoir entre 84’000 et 93’000 CHF nets
  • l’employeur va dĂ©bourser entre 9 et 19% de plus donc entre 109’000 et 119’000 CHF
1 J'aime

Sublime…

Ce terme colle parfaitement à la fRance qui aime charger les mûles !

bonjour,
Et lorsque on envoit des candidatures spontanées,que répondre à un message disant qu’actuellement il n’y a aucun poste à pourvoir et me souhaite pleins de succès dans les recherches futures, en sachant que cette boite a recruté des nouveaux collaborateurs en milieu d’année et qu’elle recrute assez souvent. Faut il leur dire de ne pas hésiter à me contacter si un poste vacant se libere? Faut il rappeler la personne qui m’a envoyé ce mail et la remercier et lui faire comprendre de pas hésiter à me contacter si y’avait des besoins à venir?
Parce que parfois on peut également recevoir un message plus positif disant qu’il n’y a aucun poste à pourvoir actuellement mais que si des besoins pour un poste fixe, temporaire ou un remplacement ils me contacteront. Dans ce cas je sais comment répondre en les remerciant et en indiquant mon intérêt et ma disponibilité si un poste se libere.

Vous répondez vous même à la question que vous posez.

  1. Aucun poste à pourvoir et souhaits de bon succès = passez votre chemin, il n’y a rien pour vous. La boite a peut être embauché 10 personnes et en cherche encore 10 autres, mais ce n’est pas vous qu’elle cherche.

  2. Promesse de contact si quelque chose se libère = tentez votre chance un peu plus tard.

1 J'aime

oui c’est bien ce que je pense c’est une maniere de dire non mais en meme temps quand je regarde sur linkedin, sans aucunes prétentions je vois des profils moins bon ou pareil que le mien qui se sont fait embauchés par cette boite, d’autant plus que celle qui m’a répondu n’est pas vraiment une responsable recrutement mais une assistante du personnel, j’ai du tomber sur la mauvaise personne qui a classé mon cv et je pense repostuler dans quelques mois.

Ou alors (ce qui semble probable), la responsable a mis votre dossier sur la pile « NON », pile transmise à une assistante chargée de renvoyer tout ça avec une lettre type.

Oui,

un éternel problème en France, ces charges excessives…normal que personne ne veuille plus embaucher…
.

  1. Au lieu de faire un pacte de responsabilité qui n ’ interresse pas vraiment le patronat, il aurait falu descendre les charges à 15%. dans leur ensemble pour le salarié …et 30% pour le patron.
    .
  2. Ensuite, laisser le libre choix de l 'assurance maladie, qui deviendrait ainsi facultative :slight_smile:
    sécurité sociale, assurance privée ou assurance européenne…
    .
    NON au monopole au niveau de l 'assurance maladie. On a bien réussi à le faire au niveau des radios-libres, pourquoi pas au niveau des assurances maladies…???

Oui ce qui est sûr c’est que votre intervention est inutile, et ce qui est sûr aussi c’est que vous en savez rien, comme j’ai expliqué au dessus je compte repostuler et je n’ai pas eu une réponse clairement négative de tte maniere

Au vu de votre réaction, je ne peux que vous souhaiter bon courage, bonne chance etc etc…

Par contre, si par hasard c’est moi qui me charge de la-dite pile, alors il se pourrait bien que je veuille avoir raison…

Une réponse polie et une tentative qui n’aboutit même pas à un premier entretien voudrait dire en langage franco-français: « allez voir ailleurs ». Une réponse clairement négative, vous ne l’aurez jamais.

Voilà. Il y a plein d’entreprises en Suisse, tentez votre chance ailleurs. Ne faites pas une fixation sur une boîte qui vous a poliment dit qu’elle ne voulait pas de vous.

Ce qui est sur, c’est que c’est le recruteur qui juge la qualité d’une candidature, et non le candidat lui même, nous avons là l’exemple même de ce que les Suisses n’aiment pas chez les Français, l’arrogance et le complexe de supériorité…

Trés étrange forum, déja pour être sincère j’ai des origines pas vraiment franchouillardes d’ailleurs c’est pas une boite suisse mais une filiale étrangère et la personne des rh à un nom bien français, cette boite embauche également pas mal de profils qui viennent de France, Cette société comme bcp de boite est juste située en Suisse mais n’a pas grand chose de suisse . Linkedin est justement interessant car cela permet de se renseigner sur quel genre de profil travaille pour telle ou telle boite, et ainsi savoir si on a des chances d’être engagé, j’avoue avoir été un peu surpris de voir des profils parfois moins en adéquation avec le poste que moi qui ont été engagés récemment, donc je maintiens ce que j’ai dit , que ça vous embete ou pas je m’en fouts, et pensez à soigner votre aigreur avec quelqu’un d’autre. Ceci étant je suis deja passé à autre chose, je ne fais pas une fixation sur cela, c’est juste un constat.