Achat immobilier

Bonjour, je travail en suisse depuis + de deux ans et est en contrat fixe en tant que installateur sanitaire. Je songe à acheter du côté de Lugrin (proche frontière) un appartement ou maison. Ma question : est-ce une bonne idée ? Car le taux de change varie et s’engager sur un crédit de 25 ans est peut-être risqué…

Vous allez acheter un bien en euros alors que vous êtes payé en francs suisses, il y a donc forcément un risque, quelque soit la monnaie avec laquelle vous emprunterez.

Le crédit en CHF permet de ne pas faire varier son taux d’endettement. Par contre il faut être sûr de pouvoir garder son emploi, car si le CHF monte brutalement et que vous perdez votre emploi, aïe aïe aïe…

Le crédit en EUR fera varier votre taux d’endettement parallèlement aux fluctuations du taux de change. Si le CHF se met à chuter ben vous vous retrouverez alors à rembourser un crédit avec une monnaie qui aura perdu de sa valeur. Il vous faudra donc plus de francs suisses pour rembourser les euros que vous devez.

Sur 25 ans personne ne peut prédire ce qu’il va se passer, pas même les meilleurs analystes financiers de cette planète. Autant tirer à pile-ou-face. Pile le franc suisse, face l’euro, ou l’inverse, comme vous préférez.

1 J'aime

Faire moitié moitié peut être. Ça existe non ?

1 J'aime

Je crois que cela existe, oui, mais je n’en suis pas sûr car je n’ai jamais demandé aux 50 conseillés différents de ma banque française que j’ai eus depuis que je travaille en Suisse.

Mais bon quand je vois que certains ont voulus porter plainte contre leur banque car leur prêt en CHF en quelque mois est devenu bien plus conséquent en €…

Si vous voulez la jouer safe faites en € à mon avis :man_shrugging: Mais bon si on veut vraiment savoir ce qui est bien ou pas faudrait lire l’avenir.

Merci pour vos réponses effectivement il est difficile de se projeter.

Si l’emploi est stable et durable, alors le crédit en CHF ne présente absolument aucun risque pour quelqu’un qui est payé en CHF. C’est même le plus sûr je dirais, puisque le taux d’endettement ne varie pas d’un yota et ce qui se perd d’un côté se rattrape de l’autre.

L’emprunt n’est toxique que pour celui qui emprunte en CHF alors que ses rentrées d’argent sont uniquement en EUR. Donc à ce titre, il convient de ne pas mettre dans le même panier une commune française qui a explosé sa dette à cause d’un crédit contracté en francs suisses qu’elle doit rembourser avec des euros, et un travailleur frontalier qui lui va rembourser son crédit en francs suisses avec ces mêmes francs suisses.

Certains anciens frontaliers se sont retrouvés pris au piège, ayant contracté des crédits en CHF et ayant perdu leur emploi après les hausses brutales du franc suisse face à l’euro. Mais si le franc suisse s’était cassé la gueule plutôt que de s’envoler, on ne les entendrait pas ces personnes là qui se prétendent « flouées ».

Quand on décide de devenir frontalier, il faut accepter les risques liés au taux de change EUR/CHF. Sachant que ces risques existent, alors il convient simplement de ne pas jouer avec le feu, c’est aussi simple que ça.

1 J'aime

Bonjour,

personnellement nous avons opté pour un prêt en CHF.
Et jusqu’à récemment les taux étaient vraiment intéressant (0.6% sur 15 ans), je ne sais pas maintenant.

Nous avons choisi l’option de bloquer le taux de change au jour de la signature du prêt. Nous avons comme cela la même mensualité sur 15 ans. Après pour sécuriser la chose, il faut éviter de prendre une mensualité trop importante (basée sur le salaire suisse). Il faut garder en tête que l’on peut retourner travailler en France et donc passer sur un crédit en euros.

Dans nos amis avec des frontaliers, tout le monde est parti sur le prêt en devise. Et certains ont fait un prêt en devise et un en euros, un couple non marié avec un prêt chacun.

Bonjour.
En effet un prêt en CHF fait plus de sens si votre salaire est en CHF (vous n’encourrez pas de risque de change mois par mois). Ce choix est considéré réfractaire au risque sur les variations de change (par contre si il bouge à votre avantage vous n’en bénéficier pas non plus).La source principale de risque sur ce prêt reste principalement si vous reprenez un travail à l’avenir qui n’est pas rémunérer en CHF. De plus, si vous souhaitez vendre sur le cours ou moyen terme, vous vous retrouverez avec un bien avec une valeur sous-jacente en EUR à rembourser un prêt en CHF. Par contre pour un emprunt long terme, ça reste le moins risqué.

Un prêt en EUR vous prenez un risque sur les variations de changes à chaque mois/trimestre, vous pouvez en bénéficier comme en subir les cours. Ceci peut être intéressant si vous allez revendre le bien rapidement (prêt en euro pour une valeur immobilière en EUR) .

Un prêt mixe est possible avec certaine banque, et fait sens principalement si votre salaire (ou celui de votre conjoint) est dans les deux monnaies (par contre les taux ne sont pas souvent avantageux en mixe).

Si vous avez besoin de plus de détails, n’hésitez pas à nous demander. Bonne chance!

Bonjour,

Historiquement et sur le long terme le franc suisse a tendance à s’apprécier vis à vis l’Euro de l’ordre de 3% par an. Vous pouvez vérifier le taux d’échange historique vis à vis a un panier de monnaies de la zone Euro sur ce site:
http://fxtop.com/fr/historique-taux-change.php?YA=1&C1=EUR&C2=CHF&A=1&YYYY1=1953&MM1=01&DD1=01&YYYY2=2018&MM2=08&DD2=22&LANG=fr
Ce n’est donc pas forcément une bonne idée d’emprunter en CHF si la valeur du bien est en EUR et la dette convertie en EUR s’apprécie la plupart du temps. Par contre, sur le long terme, l’inflation devrait contre équilibrer cet effet et augmenter la valeur du bien immobilier dans le même sens. Ce qui est important c’est de pouvoir vendre le bien et rembourser ces dettes ou mettre le bien en location si on est obligé parce qu’on perd son emploi. On peut aussi s’assurer contre des mouvements de taux d’échange extrêmes avec des produits financiers comme des swap, des options ou des futures mais c’est assez complexe comme sujet.
Ce qu’il faut considérer c’est que le risque de se retrouver au chômage avec un emploi Suisse est plus élevé qu’en France avec un CDI et qu’on n’a quasiment pas droit à des primes de licenciement. J’ai étudié un peu les crises économiques historiques des années 70 et 90 en Suisse et j’ai appris que chaque fois c’était les frontaliers et les saisonniers étrangers qui ont été licenciés en premiers. Le taux de chômage réel mesuré selon les standards OLI (comme en France) en Suisse est aujourd’hui 2x plus élevé que le taux de chomage officiel communique par la SECO (https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/travail-remuneration/enquetes/chom-bit.assetdetail.5826111.html) , il devrait donc être plutôt de l’ordre de 10% que de 5% pour la Suisse romande. Le taux de chômage a Annemasse se situe a plus de 20% selon l’INSEE. (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-74012#figure-3-5).

Ça ne veut pas dire qu’on devrait pas acheter un bien immobilier en tant que frontalier mais qu’on devrait être plus prudent quand on calcule le taux d’endettement avec un salaire Suisse et avoir une marge de manœuvre pour les situations imprévus. Et on ne devrait surtout pas payer plus que la valeur du marché ou construire plus cher seulement parce qu’on a un revenu Suisse plus élevé. Vous pouvez consulter les statistiques sur des transactions immobilières des notaires sur les sites suivants:
https://barometre.immobilier.notaires.fr/maisons-anciennes/departement/haute-savoie/74/commune/lugrin/74154
http://www.chambre-interdepartementale-de-savoie.notaires.fr/fr/annonces-immo/immobilier-dans-savoie.html

t’es quoi? une banque?

Non, juste un économiste avec du temps libre :wink:

Comme vous l’avez dit vous-même, l’effet inflationniste est plus présent en zone Euro qu’en Suisse, ce qui équilibre l’effet de la dette que vous décrivez. Ce ne rend donc pas l’emprunt en CHF un mauvais choix (en dehors des risques usuels de contracter un prêt de cette somme évidemment) (et les stratégies et outils financiers que vous listez sont peut accessible à l’emprunteur lambda). Un emprunt EUR pour quelqu’un qui gagne son salaire en CHF et qui compte y rester sur le long terme est beaucoup plus risqué sur des variations mensuelles, alors que sur la vente d’un bien on peut jouer un peu plus sur le timing (location, délai de vente etc). A part, évidemment, si besoin urgent de liquidité… Ce qui me ramène à votre point très pertinent: laissez-vous amplement de marge, on ne sait jamais!

Bonjour avez vous eu les réponses à vos questions ? Vous allez faire une un amortissement direct ou indirect ?

je deconseille l’amortissement indirect, cela vous bloque completement, moi j’ai un pret avec 3e pilier lié et aujourd’hui je ne peux pas faire racheter mon pret par une autre banque car les banques n’accepte plus de reprendre les 3e piliers

1 J'aime