Stage à Nyon - où habiter ?

Bonjour à tous !

Je suis étudiante à Paris, et vais réaliser un stage de 6 mois en Suisse, de juin à novembre.
Mon salaire brut sera de 2000€/mois, et l’allocation de logement de 500€/mois.

Vient alors ma question : mon stage se situant à Nyon, où habiter ?

D’après ce que j’ai compris Nyon est une petite ville, et j’ai peur de m’y ennuyer et surtout de ne pas pouvoir rencontrer du monde.
J’hésite alors à m’installer à Genève ou Lausanne (20/30 min de train RE ou IR90), mais les aller-retours me couteraient plus de 200€ par mois, si j’ai bien calculé.

Que me conseillez-vous ? Est-ce facile de trouver une collocation dans une de ces villes ? Le train est-il fiable ?

Merci d’avance !
Léa

Aller habiter à Genève ou Lausanne avec 2000 euros par mois me paraît pour le moins risqué, même en collocation. Vous avez probablement l’habitude des prix à Paris mais là vous allez entrer dans une autre dimension encore plus hardue !

Je sais que les étudiants de l’EPF de Lausanne n’habitent généralement pas à Lausanne, ils vont très souvent habiter dans les villes voisines comme Ecublens, Renens, Echallens voire même Yverdon, bien plus accessibles aux petites bourses.

Il faut savoir qu’à Lausanne ou Genève, aller manger au resto avec des copains ou juste aller boire un verre dans un endroit sympa vous coûtera une blinde à chaque fois.

Après c’est clair que Lausanne ou Genève, c’est nettement plus vivant que Nyon ou Yverdon.

Oui le train est fiable. Les CFF ne connaissent pas les grèves et les pannes sont extrêmement rares. Et quand il y a panne 9 fois sur 10 des bus sont immédiatement mis à disposition afin d’éviter les retards au maximum.

Merci pour votre réponse !

J’avais vu ce budget indiqué par l’université de Genève, donc je pensais que mon salaire de 2500€ allait à peu près couvrir mes dépenses (en sachant que je vais payer bien plus que 500 CHF de loyer)…

Je n’ai pas l’habitude des restos bar etc, mais je peux rajouter 500€ par mois par rapport à mon salaire. Pensez-vous que ces 3000€ (3500 CHF bruts) pourraient suffir ?

A Nyon pour s’amuser il y a le Paléo et le Caribana. C’est déjà pas mal.
Aussi tu as une flopées de plages sympas dans les alentours, avec p’tit bars, BBQ etc. Tu y sera à la bonne saison pour en profiter.
Je pense que c’est un bon compromis financier/divertissement
Ensuite pour bouger, le train t’emmènera absolument partout.

Je ne sais pas. Si vous n’y êtes que pour 6 mois à ce tarif là et en bénéficiant des tarifs étudiant, disons que cela pourra se faire sans trop de douleur. Ce que propose l’UNI de Genève est très correct. Mais il vous faudra faire face à tous les à-côtés avec les 1000 euros qu’il vous restera. Et croyez-moi, dans ces coins là on ne va pas loin avec 1000 euros !

Si vous avez une voiture respectez bien le code de la route, les prunes en Suisse peuvent être mortelles. Si vous êtes malade et que vous êtes assurée en France, n’allez surtout pas voir les médecins suisses, sauf urgence.

Pensez bien à tout.

Je me renseigne pour être bénévole lors de ces festivals qui ont l’air supers, merci pour les conseils !

En regardant sur Google Maps je vois seulement des bars sur la plage : est-ce aussi possible d’aller sur la plage gratuitement ? Ma question peut paraître bête, mais certaines régions ont presque uniquement des plages privées :slight_smile:

Oui c’est gratuit dans 95% des cas, elles sont en général bien aménagées.

A Nyon il y’ a la plage communale des trois jetées, qui est pas mal, et aussi Promenthoux (Prangins) l’eau y est très belle dans ce coin. Ensuite la plage de la piscine de Colovray, mais l’accès est payant.
Il ne faudra pas hésiter à explorer pour les trouver.

Je suis accros au plouf de l’après boulot (avec la glace et/ou la binouze) et à la natation en eau libre, j’aurais du mal à quitter le coin pour ces raisons.

Commence aussi à potasser la question de l’assurance maladie, tu trouvera beaucoup d’infos sur ce forum

À Nyon y a l’usine à gaz quand même.

http://usineagaz.ch

Pis en weekend y a un train par heure toute la nuit de et pour Lausanne et Genève. Deux capitales à moins de 30mn. Avec à Lausanne le Romandie et à Genève L’Usine - Kalvingrad.

À force, on s’en tire.

[Mise à jour]

Lorsque je suis devenu grand, adulte, mon premier revenu était de 3500chf/mois. C’était il y a dix ans.
Rien d’hallucinant mais ça suffisait.

Mais depuis la Lamal a bien augmenté… alors jetez un oeil sur ce lien. Pour moins d’un an et si vous êtes en bonne santé, ça vaut la peine de réfléchir.

https://www.vd.ch/themes/social/prestations-assurances-et-soutien/assurance-maladie/accord-sur-la-libre-circulation-des-personnes/

1 J'aime

Je vous remercie pour votre réponse, je découvre de plus en plus d’activités à Nyon !

Concernant l’assurance maladie, il me semblait que je n’en avais pas besoin grâce à la Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM), étant donné que je reste que 6 mois,
mais je me trompe peut-être (http://www.cleiss.fr/particuliers/ceam.html)

Bonjour,

Cela va dépendre de votre statut contractuel et de la durée de vie en Suisse.
Le plus sûr est de poser la question directement à l’office vaudois des assurances sociales, si vous habitez sur Vaud (Lausanne - Nyon) ou à l’OCAS si vous êtes dans le canton de Genève (car c est avec eux que vous risquez des ennuis).

https://www.ocas.ch/

" l’obligation d’assurance dépend du principe du lieu d’emploi.
Toute personne qui travaille en Suisse est soumise à l’assurance-maladie obligatoire (ainsi que les membres de sa famille sans activité lucrative). Il en va de même des bénéficiaires d’une rente de l’assurance vieillesse et survivants (AVS), de l’assurance invalidité (AI), de la prévoyance professionnelle (PP) ou de l’assurance accidents (AA)."
Je cite le texte mis en lien par moi ci-dessus.

Après, et c’est aussi marqué, il y a le droit d’option. Mais il faut l’exercer.

C’est d’ailleurs indiqué sur Cleiss.

« Pour pouvoir bénéficier de prestations en Suisse, il convient de s’adresser à un prestataire de soins reconnu par l’assurance suisse. Dans la plupart des cas, l’intéressé devra faire l’avance des frais et se faire rembourser ensuite par l’institution d’assurance maladie suisse. »

Merci likorn

Attention le droit d option n est que pour les frontaliers.

Dans le cadre d un stage remunere, il se peut que les regles soient differentes.

Cependant, vivant en Suisse, etre assure en Suisse se justifie

Il s’agit « d’accords particuliers permettant aux personnes qui y sont domiciliées de s’assurer dans leur pays de domicile ».

Dans le cas d’un stage le domicile peut rester en France. Mais il y a travail en Suisse.

Je ne dis pas que j’ai raison, mais… le plus simple étant de téléphoner ou envoyer un mail à l’office cantonal de l’assurance-maladie c’est ce qu’il conviendrait de faire.

Enfin bref, ce qui me semble important c’est que - à priori et sauf avis contraire de l’autorité compétente - il semble que vous deviez vous assurer en Suisse. Sauf exception.

Voilà. :wink:

Quand mon frère étudiait à l’EPFL dans le cadre d’un échange avec la France, il avait pu garder son assurance française. Mais c’était il y a plus de 20 ans et les temps ont bien changé. Maintenant je ne saurais vous dire si on va vous obliger l’assurance suisse ou pas.

Quoi qu’il en soit, il faut retenir 3 choses:

  • La Suisse vous oblige a vous assurer chez elle et vous voulez une assurance avec le moins de franchise possible (300 CHF). L’assurance vous croquera alors une belle partie des 1000 euros qu’il vous restera une fois passés les frais incompressibles.

  • La Suisse vous oblige à vous assurer chez elle et vous vous dites que vous n’êtes jamais malade et que l’assurance la moins chère conviendra parfaitement. A ce moment là les premiers 2’500 CHF dépensés par année ne vous seront pas remboursés.

  • La Suisse vous autorise à garder votre assurance française. Dans ce cas, vous êtes condamnée à aller consulter en France en cas de pépin non urgent. En effet, il faut savoir que votre assurance française ne vous remboursera que sur la base des tarifs de la sécurité sociale, malgré la carte européenne, alors que les coûts de la santé en Suisse sont au bas mot 3 ou 4 fois plus élevés qu’en France. En cas d’urgence elle prendra en charge la totalité des frais, à condition uniquement qu’elle considère qu’il y avait vraiment urgence.

Je ne dis bien sûr pas ça pour vous décourager Léa, la Suisse est une expérience magnifique et vous avez raison de la tenter. Je vous explique juste qu’avec seulement 1’000 euros de rab, dans ce coin là on peut vite se retrouver en slip si on ne fait pas un peu gaffe !

Pour avoir le statut de frontalier il ne suffit que de revenir en France une fois par semaine Nico. Quand il s’agit d’étudiants je pense que c’est un peu particulier, il existe très certainement des accords spéciaux mais comme vous, pas sûr du tout de ce que je dis.