Recherche d'emploi d'electricien

Bonjour,

N’y connaissant rien à l’éléctricité je voulais éviter de mettre trop d’énergie dans le post m’enfin … :grin:

Je pense que vous avez identifié ce qui ne va pas. De un, vous faites vos recherche d’emploi depuis un mois seulement, il faut du temps et de la confiance vis à vis des boites d’interim et autres recruteurs pour qu’une petite confiance s’installe et que votre dossier soit au dessus de la pile. C’est normal, et humain. D’autant qu’ils ont peut être des gens aussi qualifié que vous avec qui ils ont l’habitude de travailler et qui sont disponible autant que vous.
De plus, vous aviez jusqu’à maintenant fait vos recherches uniquement sur Yverdon, ce qui peut être léger. Augmenter votre secteur de recherche peut être une bonne solution.

Bref, ne douter pas de vos compétences uniquement après un mois de recherches infructueuses. Il faut parfois un peu de temps pour trouver en emploi. Si dans 3/4 mois de recherches intensives vous ne trouvez rien, alors il sera peut être temps de vous poser des questions. Pour le moment, continuer à tenter votre chance ! Belle journée

Lorsque notre électricien (frontalier) a été embauché, il n’a pas été autorisé à toucher aux fils jusqu’à sa certification en Suisse. Pour certains travaux, c’est donc une entreprise extérieure qui intervenait à ses côtés.
Ceux qui ne sont pas d’accord avec celà peuvent aussi se renseigner à la Suva.

Etes-vous sûr que vos diplômes sont compatibles? Le métier d’électricien en Suisse est protégé. Mêmes les prises électriques helvétiques sont différents…

Oui j"ai lu votre lien Likorn , la lois est une chose mais la réalité du terrain semble toute autre. Pendant les 3 premiers mois les frontaliers peuvent travailler sans permis sans aucun problème, j 'ai fais une belle rencontre cet après-midi , je pense que cette personne va m’apprendre beaucoup de choses, notamment sur le plan juridique Suisse.

Bonne nouvelle,

Comme je disais tout vient à point qui sait attendre, je viens de décrocher mon premier job en Suisse. Certe ce n’est pas un poste à responsabilités mais au moins je viens officiellement de mettre un pied dans le monde des électriciens en Suisse, la suite est entre mes mains, il m’appartiendra de faire mes preuves et montrer mes compétences.
Je souhaite remercier chacun d’entre vous pour vos différents conseils, c’est très enrichissant d’avoir un retour d’expérience de chacun , surtout lorsqu’on arrive dans un pays et que l’on n’y connait pas toutes les lois et réglementations.

2 J'aimes

Il y a une différence entre travailler sans permis, et travailler sans autorisation d’exercer.

Vous êtes frontaliers, même pour moins de trois mois une annonce est obligatoire. Faites attention, ladite annonce n’est pas renouvelable.

Par ailleurs, travailler sans permis de travail est un délit passible de trois ans d’expulsion du territoire, notamment.
Et travailler sans permis, c’est bien sur travailler sans autorisation d’exercer.

Evidemment que vous pouvez le faire, sachez quand même que le perdant, ce sera vous.

Entendons-nous bien, aucun travailleur illégal n’atteint les objectifs d’un plan de carrière. Si vous voulez toucher quelques mois de salaire en Suisse, ca ira, si votre plan est plus ambitieux (pregression , emploi pérenne, etc…), faites attention à l’engrenage, au risque de tout rater.

Non, car il ne m’intéresse pas votre lien.

Je mets mes doigts dans les armoires électriques en Suisse depuis 19 ans, donc votre lien, voyez un peu ce que j’en fais.

C’est justement des cas comme ça qui me font rire. Car l’entreprise extérieure, cela aurait pu être la mienne Alain !!!

Dans des cas comme ça, il s’agit simplement d’un transfert de responsabilités très coûteux. Le sous-traitant envoie dès lors ses spécialistes maison, avec lesquels il n’y aura aucun problème. Normal, puisqu’ils savent ce qu’ils font ces spécialistes. Ils n’ont pas d’habilitations mais par contre, ont été formés pour ce genre d’interventions.

Je me suis déplacé en Bretagne il y a peu. Faute d’habilitations, je n’avais pas le droit d’ouvrir l’armoire électrique. C’est une technicienne qualité qui elle, avait les habilitations, qui est venue m’ouvrir cette armoire afin que je puisse faire mon métier.

D’après toi, qui est le mieux placé pour intervenir dans une armoire électrique ? Une technicienne qualité ou un automaticien ? (Pour la première, c’est absolument aucune formation en électricité, pour le second, c’est grosso-modo la moitié de son cursus)

Je suis super content pour vous.

Cependant, je m’autorise quelques conseils si vous me le permettez.

  1. Les RTT n’existent pas, il faudra vous en passer. Ce sera 40h par semaine minimum.
  2. Les arrêts-maladie sont mal tolérés, surtout quand s’il s’agit juste d’un rhume à 5 centimes.

En bref, oubliez vos habitudes bien françaises, et tout se passera bien.

Bonne continuation.

Je ne suis pas sûr que vous connaissiez la France , les RTT n’existent quasiment plus , les 35h non plus, dans mon cas je suis plus souvent à des semaines entre 50 et 60 heures aussi bien en France qu’au Luxembourg. Travail payé au forfait 35h + variable en France et à l’heure au Luxembourg. Vous comprendrez donc que les 40 heures que vous m’annoncez et qui sont en réalité 45h sont très loin de me faire peur. Je ne vais même pas aborder les arrêts maladie…Pensez vous sincèrement avec tous les détails que j’ai donné sur mon profil que je suis le destinataire de vos conseils ? Je pense que nous partons sur du hors sujet
j e ne me pose même pas la question de savoir si je vais réussir en Suisse , les règles fondamentales de l’électricité sont les mêmes partout dans le monde , seule les normes et symboles peuvent changer , pour exemple une prise en Suisse sera différente d’une prise en France , en Allemagne et surtout au royaume Uni , mais cette prise fonctionnera exactement de la même manière, avec une phase , un neutre et une terre en 230v alternatif avec une fréquence de 50Hz Voir même 60Hz pour le royaume uni.

Toutes fois j’ai apprécié vos points de vue qui m’ont incité à faire des recherches et questionner certains recruteurs.
J’ai désormais les réponses aux questions que je me posais , mon erreur principale fue de me focaliser sur Yverdon les Bains , c’est une petite ville où il n’y a vraiment pas assez d’opportunités à saisir .
Je vous suis reconnaissant de votre implication et espère à mon tour pouvoir aider avec mon retour d’expérience sur le sujet .

Non, effectivement.

Je suis français, j’habite en France depuis que je suis né, mais je n’ai travaillé en France qu’une seule année, en 2000, mais mon employeur était déjà suisse. A l’époque, il existait en Suisse la préférence nationale, ma demande de permis de travail a donc été refusée.

Mon employeur suisse m’a donc ouvert un bureau en France, j’étais le seul dedans. J’avais des autorisations pour aller en Suisse que 8 jours par mois, et laissez-moi vous dire que les douaniers suisses étaient bienveillants.

Pour pouvoir postuler à un poste en Suisse, il fallait avoir résidé au moins 6 mois en zone frontalière avec le canton dans lequel vous alliez travaillé. Ce n’était pas mon cas, j’habitais à moins de 30 bornes de la Suisse, du canton du Jura, sauf que mon employeur se situait dans le canton de Neuchâtel, et dans ce canton j’étais donc considéré comme un non-frontalier.

Vous avez décroché les œufs d’or de la poule, avec bien plus de facilité que moi à l’époque. Faites votre travail correctement, et peut-être qu’un jour vous deviendrez comme moi, un ancien frontalier qui pourra se permettre de donner des conseils aux nouveaux.

Je sais que les Français ne sont pas des fainéants en soi. Il faut juste qu’ils perdent leurs habitudes si jamais ils vont travailler de l’autre côté de la frontière.

Par rapport aux normes, vous vous ferez une idée par vous-même, et je vous invite à la partager ici, sur le forum des frontaliers.

Bon courage.