Quitter la Suisse pour la France

Bonjour :slight_smile:

Je me pose cette question depuis un petit moment alors vous pouvez peut être m’aider :grinning:

Tout d’abord ma situation actuelle,
Je vis à Neuchâtel (Suisse), j’ai 18 ans, dernière année de formation pour être informaticien. Je possède un passeport étranger et ma demande de naturalisation Suisse est actuellement traitée.

Bon maintenant par rapport au sujet.
Pour ceux qui ne connaissent pas, le canton de Neuchâtel c’est un peu la merde quoi, plus d’impôts, plus de chômage et j’en passe… Même certains de nos profs nous conseillent de faire nos diplômes et changer de canton rapidement :joy:

Je compte entrer dans le monde professionnel directement après ma formation et quelque chose me dérange.
Toutes les entreprises près de chez moi (je réside à 3 km de la frontière) emploient évidemment beaucoup de frontaliers. Ma mère travaille dans l’une d’entre elles et touche un salaire normale. Elle dit souvent que ses collègues frontaliers vivent comme des rois tout en fournissant le même travail qu’elle.

Donc je me pose la question, pour un jeune comme moi, pourquoi ne pas partir résider en France et travailler en Suisse?
Avec mon petit CFC je compte pas avoir un gros salaire en Suisse alors que pour la France, bah c’est une très grosse somme.

Ca ma l’air vachement simple dit comme ça mais je ne connais pas toutes les procédures, ou tout ce qui pourrait m’empêcher de faire ça alors je demande votre aide :slight_smile:

Est ce que c’est réalisable?
Il y a t-il des risques ou des désavantages?

J’espère avoir été assez clair.

Merci, Jack

Vu du coté suisse on peut tout à fait avoir l’impression que le frontalier profite d’un standing de vie tout a fait avantageux, le taux de change favorable et les prix inférieurs en France ne le contrediront pas.

En vous installant aujourd’hui vous pouvez avoir l’impression de bénéficier du « meilleur des 2 mondes » mais il y a toujours une contrepartie (logement / transport, revenu / impôt français, salaires / précarité du statut frontalier, emploi / chômage payé en France…)

Il faut aussi bien savoir que c’est un statut forcément plus instable et complexe que le résident suisse (ou français).
Le frontalier est soumis à 2 juridictions, dépendre de 2 systèmes, et subit donc les changements (nombreux) de chaque pays, changements qui vont rarement dans son sens ces dernières années (imposition du deuxième pilier, imposition sur les successions, modification des taux d’imposition des couples mariés transfrontaliers, changements majeurs dans l’assurance maladie…)

Et surtout cette situation est fragile … demandez aujourd’hui à des Suisses installés en France, un grand nombre envisagent de revenir en Suisse.
Des raisons, principalement financières, les ont « poussés » à s’installer en France mais aujourd’hui ces raisons ne sont plus suffisantes face aux incertitudes de leur statut, et ce alors que le taux de change (et donc leur « train de vie ») n’a jamais été aussi avantageux !

2 J'aimes

Bonjour Jack,

A la réponse de Pierre, j’ajouterai 2 points:

  • Vous ne pourrez pas être naturalisé Suisse si vous habitez hors de Suisse
  • Pourquoi émigrer en France plutôt que de travailler et/ou vivre dans un autre canton suisse?

Si tu trouves que Neuchatel c’est la merde question impôts et chômage je te déconseille de venir en France…

bonjour Pierre,

je pense que ma question pourras aider jack et autres comme moi.

Nous somme un couple marié citoyens européen nous vivons et travaillions en suisse (canton de vaud). Nous envisagions de acheter un bien immobilier et s’installer en france.

Nous avons déjà chercher les inconvénients de cette démarche et nous avons trouvé cette situations de l’assurance maladie donc non avons pensez garder l’assurance suisse.

Nous avons vu aussi que le chômage est payé par pole emploi et qu’il y a une grosse perte. Mais mes si aucune situations est 100 % fiable on travaille dans des emplois stable.

Nous avons vu que une fois a la retraite si adresse française nous avons pas le droits a aller a un EMS suisse mais cela n’est pas notre nécessité nous pensons retourner a notre pays d’origine pour la retraite.

Il restent encore bien des questions:

  • Impots? payé en suisse (canton de vaud) ou en france? a quelle taux? ou nous pouvons nous informer?

  • la garde des enfants? quelles sont les prix? cela dépend aussi du salaire on suppose? ou nous informer?

  • Precarité du statut de frontalier? que entendez vous pour cela?

  • Impositions des 2 eme pilier? nous continuerons donc a cotiser en suisse pour la retraite? cela est négatif?

-Impositions sur les successions ? que entendez vous par cela?

  • Taux d’impositions pour les couples mariés ? que cela implique?

quelles quatre choses devons nous tenir en compte?

Merci a vous et désolé si pour beaucoup de questions elle peuvent être encore très basique car nous somme dans les premières démarches et consulte.

bonne journée

Bonjour SVM, voici quelques éléments de réponse, j’espère que certains pourront compléter :

A priori selon les accords entre la France et la Suisse, les impôts seront payés en France si vous travaillez dans le canton de Vaud et que vous n’êtes pas fonctionnaire Suisse, toutefois attention ce canton a des règles complémentaires (distance entre lieu de résidence et de travail) qui compliquent la chose.
Les services qui trancheront la questions sont l’administration cantonale coté Suisse et le centre des impôts de votre futur lieu de vie coté français.

Pour les prix je n’ai pas l’info mais je pense que quelqu’un pourra vous aider (@alain68 ?)
Si vous avez une « nounou » ça ne sera pas indexé sur votre salaire (mais les aides pour ce mode de garde que vous pourrez percevoir si en revanche), si vous avez la chance d’avoir une place en crèche alors oui, il y a fort à parier que le coût sera indexé sur vos revenus.

Pour vous informer vous pouvez demander à la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) coté français.

On constate que le frontalier est plus généralement recruté pour des posts précaires, et semble plus aisément licencié en cas de changement d’activité dans l’entreprise, mais c’est une donnée qui tient plus du ressenti et de la « statistique », si vous avez déjà un poste stable en Suisse cette précarité n’a pas lieu d’être.

Vous continuerez à cotiser, toutefois en cas de libération du capital la France imposera les montants.

Je ne suis pas un expert et la législation est complexe (et souvent changeante) mais je crois que les biens détenus en France pourront être imposés même si vous êtes retourné en Suisse (ou si vos ayants-droit résident en Suisse) en cas de succession.

C’est une spécificité du statut de frontalier qui a vu le taux d’imposition des frontaliers mariés (dans le canton de Genève) exploser ces dernières années. Cela tend à se stabiliser et s’harmoniser maintenant, des hausses ne sont pas à exclure, mais peut-être pas aussi forte que ce qu’on a pu connaître il y a 3 ans.

L’important est comme vous êtes en train de le faire de voir la situation dans son ensemble et de tenir compte aussi de critères « subjectifs » : qualité de vie, transports, etc…
Ce que je voulais souligner c’est que le statut de frontalier n’est plus un statut fiscal « refuge » qui permet de profiter du meilleur des 2 mondes comme il a pu l’être (pour certains cantons) par le passé.

1 J'aime

Bonjour,
Je pense que ce n’est pas vraiment la meilleure solution car tu va payer beaucoup d’impôts en France, peut être déjà plus de ce que tu paie en Suisse… pourquoi ne pas simplement déménager ailleurs en Suisse, à la limite de la frontière même ?

Bonjour,

effectivement, prépare toi à payer des sommes folles niveau impôts… tu sais, nous les français, on est un peu les rois en terme d’impôts sur le revenu, sur la propriété, sur TOUT quoi. Trouve un bon job en suisse, et va faire tes courses le week-end en France, c’est toujours ca lol

1 J'aime

Tu es jeune, essaie plutôt pour le moment de changer de Canton, si vraiment ça ne te convient pas tu pourras toujours essayer de venir vivre en France mais dans l’immédiat… à ta place je changerai simplement de Canton…

1 J'aime

Cher Jack,

Je rejoins la plupart des commentaires laissés précedemment. Vivre en France deviens de plus en plus compliqué pour la classe moyenne, et aucun secteur n’est pas sujet à de très importantes impôsitions.
Restez en Suisse jusqu’à être naturalisé Suisse, puis voyez ce qui vous avantage par la suite.

Cdlt