Possibilité de scolarisation des enfants à Genève

Bonjour,

Mon mari et moi sommes suisses et vivons à Genève. Nous songeons à passer la frontière pour acheter une maison en France. Nous avons deux enfants en bas âge et, dans l’idéal, nous voudrions les scolariser en Suisse. Or, depuis 2019, Genève refuse de scolariser sur son territoire les enfants qui résident en France. Mais en lisant les articles de presse de cette époque, j’ai retrouvé ces indications un peu floues: les enfants qui ont déjà commencé leur scolarité dans le système suisse pourront y rester, ainsi que leur fratrie. Ma question est donc la suivante: est-ce encore valable, ou n’était-ce le cas qu’au moment où Genève a annoncé la modification? Y en a-t-il parmi vous qui ont déménagé en France après 2019 et qui ont pu laisser dans le système suisse leurs enfants qui avaient commencé leur scolarité à Genève? Ma fille ainée commence l’école en août, notre famille aurait donc déjà un pied dans le système scolaire genevois au moment du changement d’adresse.

Merci d’avance pour vos réponses!

Nathalie

Moi personnellement je regrette à 1000% d’avoir quitté la Suisse et compte y retourner le plus vite possible. A chaque changement de président les règles changent, on est surtaxé, suivant où vous habitez oublier de trouver un moyen de locomotion. Posez-vous toutes les questions, choses auxquelles je n’ai pas pensé. Cordialement

1 « J'aime »

Je n’ai pas encore comparé les impôts dans les deux pays, c’est à étudier, effectivement. On a déjà pensé aux trajets, par contre.
Vous avez une opinion très tranchée, c’est intéressant. Mais j’ai aussi déjà entendu des gens dire qu’ils ne retourneraient en Suisse pour rien au monde…

Ce qui m’intéresse, là tout de suite, c’est la scolarisation des enfants. Avez-vous des informations?

Bonjour,
Normalement cette loi a été refusée par le CF (interdiction de scolarisé des enfants frontaliers), le plus sur étant de téléphoner au DIP.
Personnellement mes enfants ont suivi les écoles maternelles et primaires et cycle en France. Plus de facilité pour la garde, les repas et moins de trajets pour des enfants en bas âge. Ils ont commencé par le collège, juste un peu de retard en mathématiques vite rattrapé avec quelques cours de soutien.
Maintenant ils sont à l’université.
Cordialement

Merci de votre réponse. Je pense que le système français est bon, c’est juste que je suis enseignante à Genève et ça me ferait un peu bizarre de mettre mes enfants en France. Je n’étais pas au courant de l’histoire du Conseil fédéral. On verra si j’arrive à contacter le DIP…

Je comprends. Si vous êtes enseignante, peut-être que le doyen pourra vous donner une réponse plus sûre que moi
Belle continuation à vous

Bonjour.
Nous sommes suisses et avons déménagé en France depuis 7 mois. Ma fille a commencé en septembre dernier la 6e du collège côté français. Elle venait donc du système suisse. Le DIP nous a posé des problèmes pour la poursuite de la scolarisation à Genève. Tout en nous garantissant une place « dans le canton », on nous mettait sous le nez la forte densification du secteur que nous voulions. Elle devait entrer en 8P. On visait surtout à terme le cycle du foron qui est à 5 min. à pied de chez nous. On nous disait qu’elle pourrait poursuivre dans le système suisse mais pas forcément dans l’établissement de notre choix. Pour finir, on a regardé les établissements côté français et franchement nous avons gagné au change. Elle est dans l’établissement privé du coin, qui ne nous coûte que le prix de la cantine en suisse pour toute l’année. Et ma fille a trois camarades dans sa classe dont un des parents qui est enseignant ou haut fonctionnaire du dip. Cqfd.

Bonjour, merci de votre réponse. Le DIP n’a pas l’air de vouloir coopérer, je suppose que j’aurais dû m’y attendre. L’école privée est une bonne idée, mais je suppose que les tarifs ne sont pas les mêmes partout. Nous avons envie de nous installer vers Collonges / Archamps, et la seule école primaire privée du coin est l’école Montessori. Elle a l’air super, mais avec deux enfants, les repas et le parascolaire, on en aurait pour quelque chose comme 1300 euros par mois…ce qui revient quand même plus cher que la cantine en Suisse. Ce n’est donc pas vraiment une option. Pour l’école en Suisse, nous avions pensé que nos enfants pourraient éventuellement rester dans l’école dans laquelle la grande va commencer, à Lancy, parce que ça serait sur le chemin de mon travail de toute façon. À voir. On va déjà se pencher sérieusement sur les taxes et impôts en France (on n’y connaît rien) pour voir si notre projet est viable. On verra ensuite pour la scolarité des enfants, en espérant tomber sur quelqu’un qui pourrait témoigner du nombre d’enfants par classe à l’école de Collonges sous Salève.

Regardez du côté de St-Julien où il y a une école privée sous contrat assez réputée. Les écoles privée sous contrat ont la caractéristique que les profs sont payés par l’éducation nationale et donc parfaitement à portée de bourse pour la classe moyenne.

Côté impôts, pas de grandes différences avec Genève qui est le canton le plus taxé. N’oubliez pas que la taxe d’habitation disparaît et que la taxe foncière n’est pas calculée sur votre revenu. Ensuite, il y a des déductions qui n’existent pas en Suisse et il n’y a plus d’impôts sur la fortune, sauf immobilière à partir de 1,2 millions d’euros je crois.
Les assurances sont bien plus basses qu’en Suisse ( -50% env) et la LaMal frontaliers baisse tous les ans, moins de 180 chf par adulte chez Helsana.
Donc pour moi c’est moins onéreux.

Merci pour ces infos. Bonne nouvelle, si c’est moins cher! :slight_smile:

J’en ai trouvé une à Collonges, en fait. Merci pour l’info, je ne connaissais pas le principe des écoles sous contrat. C’est effectivement nettement moins cher qu’une école Montessori.

Bonjour Anthony,

Je crois que vous n’avez pas lu mon post et que vous cherchez juste à faire de la pub.

  1. Votre école est située très, très loin de là où j’ai envie de vivre.
  2. Si c’est pour scolariser mes enfants sur Genève, l’école publique me va très bien, je connais sa qualité.
  3. Près de 1600 francs par mois et par enfant, ce n’est pas tout à fait ce que j’appellerais abordable!

Bonne soirée,

Nathalie