Passage forcé de temps complet à mi temps

Bonjour

Je viens vers vous car j’ai une question assez épineuse.

Ma compagne travail en suisse dans le canton de Bâle depuis 1 an et demi, mais nous sommes domicilié en France (Alsace).

Elle est en CDI à temps plein et travail de nuit avec indemnisation supplémentaires pour horaires de nuit (environ 7 CHF/h)

A la suite de la découverte d’une maladie (la sclérose en plaque), son médecin l’a mis en mi-temps thérapeutique depuis 1 an. Elle reçois une compensation de salaire via l’organisme dont j’ai oublié le nom… ce qui fait qu’elle à quasiment 100% de salaire (hors indemnisations supplémentaires de nuit à hauteur de 7 CHF/h).

Hier, son employeur lui oblige à passé sous contrat 50% et à passer en journée.
Outre donc la perte de salaire de 50%, elle perdra également les indemnisations de nuit ce qui fera baisser son salaire à presque 65%

Ainsi l’organisme à a priori répondu qu’elle ne verserais plus d’indemnisations compensatrices puisque elle ne sera plus à 100% de temps de travail.

Est-ce vrai ?
L’employeur peut-il obliger ma compagne à accepter ce contrat à mi temps ?

Merci pour vos réponses
Cordialement

il doit manquer des elements, car un contrat de contrat est bilateral, et donc les modifications doivent etre agrees bilateralement. une modification unilaterale entraine la denonciation du contrat.

il est urgent de negocier a l’amiable, car si l’entreprise est pas obligée de respecter le contrat initial, elle peut aussi le rompre purement et simplement. a voir ce que vous voulez vraiment.

2 J'aime

+1
Soit on accepte ou trouve une solution amiable
Soit ça fini en licenciement… Ou elle perdra aussi 50% mais au moins n’aura pas à aller travailler pour la même somme.

temporairement oui, apres c’est 0% …

Pour les 50% manquants, il n’y aurait pas un passage en invalidité ? Dans ce cas le nouveau contrat à 50% me parraitrait logique.

bon pour le moment elle garde son contrat inchangé, elle passe juste de journée au lieu de nuit.
Nous en saurons plus dans quelques semaines j’imagine