L'avenir du Deuxième Pilier

Les conditions de retrait du pilier sous forme de capital lors de la retraite pourraient se durcir, à ce stade la chambre des cantons ne touche pas à la possibilité de débloquer son Deuxième Pilier dans le cas de l’acquisition de sa résidence principale.

Publié à l’origine sur: http://frontalier.moncoachfinance.com/2017/06/lavenir-du-deuxieme-pilier-12914.html

Le 5 juin dernier, le Conseil des Etats qui représente les cantons suisses, a validé un projet de loi qui prévoit d’interdire, lors d’un départ à la retraite, le déblocage sous forme de capital du Deuxième Pilier (encore appelé LPP ou Loi sur la Prévoyance Professionnelle) Vieux serpent de mer de la politique en Suisse,…

3 J'aime

tres bon article !
autant ont comprend le choix de ce texte de loi pour les suisses qui deviennent des assisté s’ils ont mal investis leur argent

autant ce choix est incompréhensif pour les frontaliers :confused:

1 J'aime

Oui, les subsides ne concernent pas les frontaliers, et pourtant si ce choix est fait il impactera les travailleurs frontaliers.

Après le blocage en cas de départ à l’étranger, l’impossibilité pour débloquer en cas de création d’activité sur France et les difficultés que font souvent les caisses pour un déblocage en cas d’achat de résidence principale on comprend que pas mal de caisses doivent être sous-capitalisées.

n’y a t’il pas d’actions de la part du GTE ou du CDTF pour faire un peu de lobbying histoire que le traitement frontalier soit « dérogatoir » ?
Apres tout, un frontalier mĂŞme sans 2eme pilier peut arriver a vivre en France avec le premier pilier (en vivant comme un non frontalier il va de soit)
Alors qu’en suisse ceci est clairement impossible

1 J'aime

TRES bon article. Merci @Pierre

A priori, tout frontalier, qui a eu une carrière normale, est propriétaire de son logement principal une fois à la retraite.
Très peu auront besoin de ce capital pour l’achat de la résidence principale.

Je connai deux ou trois cas de frontalier qui ont récupéré tout le capital du deuxième pilier. On bien profité de la vie avec un train de vie élevé et se sont retrouvé le bec dans l’eau le jour ou il a fallut vivre que de la retraite de base.

Gérer un gros capital n’est pas donné à tout le monde. De plus ces frontaliers sont la proie facile de vendeur de projets immobiliers sans rentabilité.

IlL y a donc du pour et du contre!

Bonjour,
un article très interressant,
on n’est jamais assez prudent, moi ,en partant j 'ai opté pour une rente classique. Au moins celle-là , elle est garantie à vie. ( en principe)
.
Comme je suis parti à 64 ans, elle m ’ est actuellement nécessaire avant l 'arrivée définitive de mon premier pilier. ( AVS…)
.
Ce gros capital doit pouvoir ètre correctement placé, pas facile…avec toutes les pénalités et CSG qui s 'y rapportent.
.
Une loi en France passée totalement inaperçue, est sortie en France à ce sujet, renforcant encore les dispositions existantes…

Il faut donc s’assurer de vivre le plus longtemps possible!

1 J'aime

si t’as la solution je suis preneur :stuck_out_tongue:

accident
maladie
meurtre par un fou furieux.
tellement de facteurs qui sont non prévu :confused:

avec la rente, si vous décédez avant 98 ans, c’est tout bénef pour la caisse…

alors que le capital, aucun reste pour la caisse…

sinon, c’est pas trop difficile de prendre le capital et de mettre un virement mensuel dessus pour se faire sa rente perso…:sunglasses:

toutes façons, si vous êtes pas employé en Suisse au moment où vous prenez la retraite, SEULE la sortie en capital est possible actuellement, donc la nouvelle loi serait bienvenue ? :joy:

Vous avez calculé ça comment ?

Merci beaucoup pour l’article.

Ce serait bien de pouvoir débloquer ce second pilier une fois arrivé en retraite.

Par contre je ne comprends pas l’intérêt de débloquer une partie de son 2nd pilier pour un achat immo tant qu’on est travailleur. Vu la faiblesse des taux, ça coûte à la finale plus cher de débloquer son 2nd pilier, c’est se créer une dette pour se faire croire plus solvable auprès d’une banque.

c’etait une boutade…
ça a à voir avec le taux de conversion, toujours à la baisse, actuellement de 6,8% à 65 ans

donc si vous vivez plus de 80 ans, vous êtez gagnant avec la rente, avec les chiffres actuels…

mais pour les PERP, c’est bien pire, on approche des 100 ans :joy:, le taux étant de 4,375% :sweat:

Oui justement, le compte n’y était pas, et la boutade aurait pu être prise pour argent comptant.

Aujourd’hui le taux de reversion est à 6.8% c’est à dire que la rente est plus intéressante que le capital au bout de 14,70 années (presque 80 ans pour un homme qui part à la retraite à 65 ans).

Le projet pour 2020 est de réduire ce taux à 6%, il faudra donc vivre au delà de 81 ans et 9 mois (avec une retraite à 65 ans) pour que la rente représente un versement plus important que le capital.

2 J'aime

Novice sur le sujet, cela m’intéresserait de savoir comment vous opérez ces calculs. Y-a-t-il des feuilles excel dédiées ou des sites qui détaillent comment calculer tout ça? Avec un exemple concret, ce serait le top :slight_smile:

Tu divises 100 / 6.8 = 14.7.
Autrement dit, 100 % de ton capital est coupé en 14.7 tranches et versées sur 14.7 années donc.

Si tu vis longtemps, on te demandera de te suicider. Si tu vis moins longtemps, tu auras un bonus fleurs Ă  ton enterrement. :slight_smile:

2 J'aime

Merci :thumbsup: Pas besoin de feuille excel pour le coup ^^

faut y ajouter eventuellement la rente aux survivants, mais bon, vous n’êtes plus là pour la voir …

Ceci dit, l’obligation de sortie en rente n’est pas forcément un mal, car les frontaliers qui ne travaillaient plus en Suisse à l’âge de la retraite ne pouvaient pas sortir en rente, seulement en capital, donc sans la rente aux survivants…

L’article est effectivement excellent.

La demande d’une dérogation pour les frontaliers me paraîtrait justifiée dans la mesure où nous ne pouvons pas prétendre à des aides sociales en Suisse si le 1er Pilier ne nous suffit pas pour vivre.

L’augmentation du nombre de demandes d’aide sociales semble être un des principaux arguments pour interdire la sortie en capital.

1 J'aime

jusqu’à présent, aucune indication que ce soit applicable aux Frontaliers

les gens sont de plus en plus YOLO