Frontaliers à Bâle: quelle mobilité? Pour un article de la Revue Suisse

Vous avez vu ? Hier et ce matin, aucun douanier Français à l'horizon ! En cause ? Non pas l'absence de délinquants/trafiquants-Douaniers, mais la pluie et l'absence du soleil le matin sur le côté de l'axe nord-sud.

Du côté lémanique je n'avais pas vu de douanier Français depuis 4ans. Et depuis qq mois, c'est assez régulier qu'ils bloquent la douane le matin.
Ils arrêtent systématiquement les plaques Suisses...

Les douaniers étaient présents en masse hier matin près de la douane de Huningue (Novartis). Ils cherchent manifestement quelque chose ou quelqu'un. Je n'avais jamais vu autant d'uniformes depuis longtemps.

Sachez cher Reitzherr, que j'aime quand même bien ce que vous écrivez sur le blog de l'Alsace, surtout lorsque vous défendez les frontaliers.

Allez hop ! Pas de pitié pour Leonid !

La revue est parue.

Pages 12 et 13 : http://www.revue.ch/fileadmin/revue/Ausgaben/2017/05/SRV_1705_FR.pdf

2 J'aimes

Feu rouge pour les frontaliers
La ville de Bâle veut fluidifier le trafic au centre-ville en prolongeant la durée des feux tricolores sur les routes d’accès. Un projet pilote sera mené sur l’axe Elsässerstrasse-Hüningerstrasse, en provenance de la frontière du Lysbüchel, cet automne.

1 J'aime

S ils veulent encore plus de frontaliers qui se déversent en ville, c 'est la solution toute trouvée...:smile:
.
Faudrait bien envoyer les reponsables balois à Genève pour y constater les nuisances...:smile:

.
La ligne de tram numéro 3 partant de la gare de Saint -Louis est à priori très interressante pour aller confortablement vers le centre de la ville de Bâle mais beaucoup trop cher...au niveau du billet...:smiling_imp:

.
Le pire de tout serait qu ' il roule à la vitesse du nouveau tram d 'Annemasse...
Faudrait alors sérieusement penser à utiliser la bicyclette, on y serait bien plus vite...:smile: :smile:
.

1 J'aime

Je vous propose d'aller au travail en calèche. Vous avez l'alternative : le chameau vue que le climat se réchauffe. Aidons les agriculteurs au lieu de payer des taxes stupides sur les carburants.

J'avai déjà donné mon opinion sur le Tram 3 ici:

Nous savons depuis longtemps que Bâle fera tout pour empecher les voitures d'envahir la ville et que le trafic doit basculer vers le transport public

1 J'aime

J'évite autant que possible la cité dortoir nommée Saint Louis. Mais la semaine passée, j'ai été contraint de m'y rendre, le soir à 18h...
Et là j'ai pensé à ce pauvre Tram ! Comment fera-t-il pour circuler sur une chaussée partagée avec les automobilistes qui sont pare-choc contre pare-choc ???

A Weil am Rhein, il y a de l'animation : en été, les restaurants sont invitants puisqu'il y a des tables à l'extérieur de l'artère principale ; tu peux manger de bonnes glaces chez l'italien entre autre. Lorsque tu arrives à St-Louis, c'est la claque. Les commerçants ne veulent pas faire des affaires, ils sont au lit sans doute couchés sur un matelas de billets de banque.

C'est vrai qu'elles sont bonnes !

Autre hic : ils ne comprennent pas cette langue barbare que causent ces envahisseurs.

.Concernant l'affaire de la gestion de la circulation et le Tram 3, voici un interview paru de JLJ paru dans la Basler Zeitung:

Je vous invite à lire ses remarques sur la ligne du Tram 3. Il dit exactement la même chose que moi

Traduction Google sans correction:

BaZ: Monsieur Johaneck, vous ne voulez vraiment pas donner d'interview parce que vous ne voulez pas vous mêler de politique. N'avez-vous rien à dire sur l'impact des nouvelles barrières de lumière rouge sur la Lorraine et la Voltaplatz pour les frontaliers alsaciens?
Jean-Luc Johaneck: Vous voyez, notre association Comité de Défense des Travailleurs Frontaliers du Haut-Rhin compte environ 20 000 membres. Cependant, vous êtes le premier à nous poser des questions sur ce sujet. Ni les politiciens Basler ni les politiciens français ne se sont efforcés pour notre évaluation, ce que nous regrettons. Bien sûr, j'ai mes pensées sur les mesures de la circulation.

Et?
Tout d'abord, je voudrais dire que la communication est insuffisante de notre point de vue. Mercredi, les autorités de Bâle ont annoncé dans un simple communiqué de presse qu'elles lancent un projet pilote sur la Voltaplatz. Les travailleurs frontaliers alsaciens n'ont aucune chance de sortir quelque chose de cette mesure et d'ajuster leur comportement de swing si nécessaire. Il aurait mieux valu d'abord assurer la communication et attendre l'ouverture de la ligne 3 du tramway et le parking de la gare Saint-Louis. Cela devrait être en mars prochain. Maintenant, les Alsaciens conduisent dans l'embouteillage sans méfiance et ne savent pas quel est le contexte. On peut supposer qu'il n'y aura pas de panneaux d'information à Bâle. En passant, le président français Emmanuel Macron était à Luxembourg il y a deux mois. Là, il s'est rendu compte qu'il y a aussi beaucoup de travailleurs frontaliers. Sa réaction a été que la mobilité de ces personnes devrait être simplifiée et non entravée.

Que dites-vous de la mesure elle-même - cela va-t-il amener les travailleurs frontaliers à se tourner vers les transports en commun?
A peine. Cela signifie seulement que les navetteurs qui dépendent de la voiture doivent et doivent trouver un autre moyen. Si les autorités écrivent qu'elles veulent calmer un quartier, je suis convaincu que le trafic alternatif alourdira la circulation et le bruit dans les autres quartiers. Les premiers navetteurs de France à souffrir de ce nouveau système de dosage du trafic et de l'eau de refoulement sont les employés de Bell. Cela devient plus compliqué pour eux de se rendre au travail à temps.

La nouvelle ligne de tramway 3 et les quelque 700 places de stationnement de la gare de Saint-Louis peuvent-elles alléger le fardeau?
Le stationnement est un premier pas, tout à fait. Mais cela va aggraver la situation de la circulation dans la zone d'accès vers la sortie de l'autoroute et le cimetière. Les lignes du tram 3 ne sont malheureusement pas très adaptées à de nombreux frontaliers. Il aurait été le plus simple et beaucoup moins cher de déplacer le tram 11 à Lysbüchel plus loin à Saint-Louis. Cependant, Saint-Louis ne le voulait pas, alors les dirigeants politiques du côté français ont accepté de faire la queue à l'autre bout de la communauté, près de Burgfelden. Mais Burgfelden est totalement défavorable aux frontaliers qui doivent se rendre à Bâle. La plupart viennent par l'autoroute A35, où il y a un long embouteillage de camions tous les matins. J'ai du mal à croire que le frontalier, qui veut se rendre à Novartis ou à Roche, emprunte le tramway en passant par Burgfelden et Barfüsserplatz. C'est environ 30 minutes supplémentaires par trajet.

Et les autres travailleurs frontaliers?
Nous avons environ 30 000 travailleurs frontaliers d'Alsace depuis des années. Un tiers des frontaliers français viennent de Mulhouse et des environs, un tiers des régions d'Altkirch et du Sundgau et un tiers d'autres régions des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Beaucoup travaillent dans la région de Bâle et pas dans la ville, ils doivent donc se rendre au travail via l'autoroute ou d'autres routes, que ce soit à Rheinfelden, Augst, Allschwil ou Dornach. Si la circulation redescend maintenant jusqu'à l'autoroute par des mesures de feux rouges, soudainement, de nombreuses personnes sont touchées et ne veulent absolument pas aller en ville.

Donc, ceux qui ont besoin d'aller en ville peuvent prendre le transport en commun?
Certains. Toute personne qui vit à Niffer et doit aller en ville ne prendra jamais ce tram. C'est pour lui du mauvais côté et pour y arriver, c'est trop lourd. Beaucoup ne peuvent pas se passer d'une voiture pour des raisons purement organisationnelles, par exemple s'ils doivent d'abord obtenir du matériel au siège de l'entreprise avant de commencer à travailler. Cela ne peut pas être fait avec le tram. En outre, il y a les personnes qui travaillent dans l'hôtellerie, dans l'hôtellerie ou en soins infirmiers: ces navetteurs ont souvent des heures de travail irrégulières avec des interruptions de plusieurs heures. Il est facile d'oublier que ces gens travaillent de 40 à 45 heures par semaine. S'il y a une prolongation de la distance de travail de 30 minutes ou plus, c'est-à-dire une heure par jour, ce sera déraisonnable, surtout si quelqu'un est le travailleur des services de garde.

1 J'aime

Mes remarques:
1) la France a fait financer le tram 3 par la Suisse qui voulait décongestionner la ville du trafic automobile des frontaliers.
2) le tracé est totalement inadapté pour la majorité des frontaliers.
3) les frontaliers prendront surtout le train. Moins cher et beaucoup plus rapide. Mais les wagons sont déjà plein et cela va créer de gros soucis.
4) le nouveau parking sera utilisé que si les conditions d'utilisations sont optimales pour un frontalier. Mais il sera aussi utilisé par les francais allant bosser sur Mulhouse/Colmar/Strasbourg. Les places vont s'arracher et le parking sera vite plein... sauf si ces places sont vendues assez chères!
5) je constate que JLJ répète très exactement ce qui s'est dit dans ce forum.
6) je constate que JAMAIS ces dires de JLJ n'ont été publiées dans un article du coté français.
7) "vous ne voulez vraiment pas donner d'interview parce que vous ne voulez pas vous mêler de politique": on en rigole ou on en pleure?

3 J'aimes

Salut,

très bonne analyse...

également de cet avis, une très bonne analyse de Jean-Luc Johanneck qui connait le problème à fond...

Depuis des années il est sur le terrain et il n 'a pas été consulté... Dommage...:smiling_imp:

(!! ) Quelle mouche a bien pu piquer la municipalité de Saint-Louis de vouloir à tout prix dévier le tram vers Bourgfelden...? :smile: :smile: .....J 'avais habité la-haut, ( Bourgfelden...) il y a bien longtemps...
.

Mon avis personnel : on ne voulait pas "froisser" les commerçants avec de longs travaux , au niveau du Centre de Saint-Louis.....
.
.
==> A Annemasse, le nouveau tram passe pleinement par le centre ville et va ensuite sur Genève..
.

Je vous invite à lire les commentaires publiés sous l'article. Certains sont très dur envers les frontaliers, d'autres moins.

des excuses pour pas prendre ces transports en commun....
d'ailleurs, l'argument des 30 min, c'est le même qu fait allonger les feux rouges...histoire de faire patienter les dieselleux qui pourraient prendre le tram.

un tram primé, d'ailleurs ...

Le projet d’extension de la ligne Tram 3 de Bâle à Saint-Louis a suscité un intérêt international. Le 19 septembre dernier, il a remporté le prix de la mobilité dans la catégorie Transports publics décerné par le club Transports autrichiens VCÖ, un organisme à but non lucratif, engagé depuis 25 ans dans la promotion de la mobilité durable. 347 projets étaient candidats pour l’obtention d’un prix dans 12 catégories différentes.

Le prix a été remis par le ministre autrichien de l’Agriculture et de l’Environnement, Andrea Rupprechter, à une délégation franco-suisse composée de Hans-Peter Wessels, conseiller d’État du canton de Bâle-Ville, Jean-Marie Zoellé, maire de Saint-Louis, vice-président de la Communauté d’agglomération des Trois Frontières, Maria Lezzi, directrice de l’Office fédéral du développement territorial, Erich Lager, directeur de la BVB et Monica Linder-Guarnaccia, directrice de l’IBA.

Pour Hans-Peter Wessels et Jean-Marie Zoellé, « pour en arriver là, il a fallu surmonter de nombreux obstacles administratifs, techniques et financiers dans un cadre binational franco-suisse. Ces défis ont pu être relevés grâce à la remarquable coopération transfrontalière qui prévaut dans l’agglomération trinationale de Bâle. »

et y a pas plus vert que Sankt-Ludwig ...

La commune de Saint-Louis fait partie des six territoires haut-rhinois récemment labellisés « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. À la clé, une enveloppe de 950 000 € pour soutenir les actions de la Ville, engagée dans la préservation de la biodiversité et la mobilité durable.

Je te prédis l'échec de ce tram pour ce qui concerne le trafic pendulaire des frontaliers.

Par contre je te prédis le succès de ce tram dans le domaine du tourisme de shopping Suisse / France le jour ou Saint Louis aura fini son gigantesque projet de zone commerciale projetée entre l'aéroport et la gare.

La France a magnifiquement arnaqué les Suisses.
"Un prolongement dont il n’était, pas jusqu’à présent, question dans l’agenda des travaux d’extension du tram depuis Bâle vers Saint-Louis. Et qui, de facto, a aussi fait valider aux élus à la fois la desserte, à mi-chemin entre la gare et l’EuroAirport, du projet UNIBAIL, un centre commercial et de loisirs, toutefois réduit de quelque 130 000 m² de ses débuts à 40 000 m², comme l’a expliqué le président de la CA3F, Alain Girny. "

Voilà comment cela va se concrétiser: