Chercher du travail en suisse en tant que jeune diplômé français

Bonjour,
Je viens tout juste d’obtenir mon BTS spécialisé dans le domaine de l’eau, et la vie fait que voila je suis actuellement logé en Suisse. Ma situation actuelle me parraît donc être une excellente opportunité pour trouver du travail en Suisse et m’y installer (je connais bien les salaires et le coût de la vie en Suisse).
Je recherche donc un emploi depuis environ deux mois mais sans succès.J’aimerais vos avis sur mon profil et aussi sur la demande du marché de l’emploi en Suisse par rapport à celui-ci.
Comme formation j ai un bac sti2d, j’ai ensuite fais un bts gestion et maitrise de l eau obtenu avec mention et entre ces deux là j ai fais un bts batiment mais je n ai pas reussi les examens de fin d’étude.
Mon expérience professionnelle s’en tient à quelques jobs d’été (operateur de production) et mon stage de bts de 3 mois (thématique traitement des effluents viticoles) et celui de bts bâtiment. Je recherche donc des stages afin de me forger une première experience professionelle (pourquoi pas un poste fixe à la clé).
Je trouve que le marché de l’emploi en Suisse est assez balisé, il y a de nombreuses offres de stage qui suscitent en moi un interêt et de la motivation mais qui necessitent un CFC spécifique.
Je me demande donc déjà si l’un de vous a déjà été dans cette situation et s’il est possible de trouver du travail juste avec son Bac en Suisse ? Biensûr je sais que le salaire d’embauche sera faible mais les Suisses semblent accorder bien plus d’importance à l’expérience qu’aux diplômes. Je suis également preneur de conseil par exemple comment vous avez fait pour trouver un travail : ect sites webs agence de placement…

Merci d’avance pour vos reponses !

bah, la grande majorité des Frontaliers n’a probablement pas le Bac, le troupeau des frontalier, c’est souvent de petites mains :sunglasses:

pour une première expérience et prouver qu’on est suissocompatible, vaut mieux prendre ce qui est disponible dans un domaine bien plus général et oublier son diplôme très spécialisé dans un domaine ou la Suisse a ses propres normes et diplômes, sauf exception s’ils cherchent justement la french touch ( rare quand même )

Frontaliers entre deux eaux

Ah bon … si vous le dites …

2 J'aime

Manque plus que de l’air et vous pourrez bosser chez Perrier :innocent:

1 J'aime

Bonjour, merci pour vos réponses et conseils, finalement je pense que pour m’intégrer pleinement je vais dans un premier temps travailler en France en attendant la rentré scolaire 2018/2019 et faire un petit CFC ou faire une dernière année en Bachelor en emploi avec mon BAC+2 pour ainsi m’intégrer dans la vie professionnelle en même temps. C’est le mieux je pense à long terme si l’on veut avoir une vie paisible et des possibilités de carrière. De plus le canton où je projette de résider accorde des bourses étudiantes pour m’aider. Je pense que pas mal de personnes qui veulent venir en Suisse devraient passer par une formation. Je trouve que même un CFC (CAP fr) si l’on si donne, permet énormément de possibilités par la suite.

Il l’a dit.
Et je pense qu’il a peut être raison. La Suisse ne s’arrête pas au portail de Novartis.

Chez mon employeur, nous sommes exactement 50 frontaliers, et nous sommes 3 à avoir le bac ou plus.

3…sur 50 !

Dans ce cas cela marche dans les 2 sens …

Dans ma boite, nous sommes 28 frontaliers … Pour 28 ingénieurs (28/28). Dois je en déduire que les frontaliers sont majoritairement ingénieurs ? Je ne pense pas.

28 et 50, c’est quasiment le double… et ce n’est qu’un exemple. Mais je suppose que vous êtes dans la partie francophone peut être.
Connaissez vous Bell ?

Dans une menuiserie avec 30 menuisiers, il y a 30 menuisiers. Et je parie qu’au moins 29 auront le CAP.

Pour être honnête avec toi, en 16 ans passés dans la partie francophone je n’ai jamais vu une seule société composée uniquement de frontaliers. Le cas de Ptitfred est loin d’être une généralité Alain.

1 J'aime

Alain, je n’ai jamais dit qu’il n’y avait que des frontaliers dans mon entreprise, j’ai dit que tous les frontaliers embauchés étaient ingénieurs. Ceci dans le but de vous faire comprendre que les « petites mains » n’étaient pas majoritaire partout comme vous sembliez le dire dans vos propos précédents, en confirmant ceux de Reitzherr.

Comprenons nous bien, je ne dit pas que les frontaliers sont majoritairement des diplômés, loin de la. Je dis juste par la qu’il est trop facile d’affirmer que les frontaliers sont majoritairement des petites mains, et je vous montre par l’exemple de mon entreprise que cette généralité est fausse.

C’est évident, ce n’est pas ce que je voulais dire.

Dans une société par exemple spécialisée dans la recherche, il est logique que le niveau soit élevé. Mais dans une charcuterie industrielle, dans les entreprises de construction, de travaux publics, de jardinerie, de menuiserie, là les ingénieurs ou autres Bac++++ seront moins nombreux.
Je pense simplement que ces emplois là sont plus nombreux.

1 J'aime